Sur la Grande Lice du Breuil et partout en ville...

Les SPECTACLES de la grande LICE du Breuil

 

  • TOURNOI ÉQUESTRE
    « LE TOURNOI DES HEROS » par la Compagnie DRAKONIA
    (8 € le jeudi à 21h, 10 € le vendredi à 21h,
    10 € le samedi à 15h et 17h30, 10 € le dimanche à 14h30)

Réservation Office de Tourisme : 04 71 09 38 41

Petits et grands pourront assister à un tournoi de chevalerie des plus impressionnants ! Une histoire épique et très spectaculaire, grâce aux interventions hautes en couleurs de cavaliers cascadeurs particulièrement efficaces ! Ne manquez pas cette occasion d’assister à un tournoi équestre inédit dans le cadre des Fêtes du Roi de l’Oiseau, un grand moment de spectacle tout public avec parades et serment des chevaliers, jeux équestres guerriers, joutes à la longue lance, cascades, combats aux différentes armes blanches de l’époque, coups de théâtre et rebondissements spectaculaires…

Dans ce tournoi, quatre chevaliers combattront pour gagner la joute et obtenir la précieuse épée du Roi ! Avec l’aide du chevalier Laurent, Ramon devra faire face à Argail et Vladimir, deux chevaliers peu amènes et tricheurs invétérés ! Un tournoi très spectaculaire avec des bris de lance, des cascades, des jeux de chevalerie, du feu, des combats trépidants et plein de surprises !

 

 

  • « ALARMA ! ALARMA ! »
    Combat militaire et démonstration d’artillerie

(4 € le samedi 16 septembre à 19h30, et dimanche 17 septembre à 11h30)

 

L’attaque de la porte Saint Jacques par une bande de mercenaires, donne le prétexte à ce spectacle sur l’art de la « poliorcétique », autrement dit l’art du siège d’une ville ou d’un château de la fin 15ème au début du 16ème siècle. Evolution des tactiques et de l’armement par plus de soixante « piétons », piquiers, archers, canonniers et arquebusiers. Sous les ordres de leurs capitaines, les soldats s’élancent à l’assaut derrière leurs bannières et oriflammes… La porte doit résister !

 

 

Les SPECTACLES en ville

  • Barbasto, sur le pas des mules – Cie Ric Rac (création J-Louis Roqueplan/L’Alauda)
    Les récits de voyages de Philibert BARBASTO, muletier des Estables, et de son valet Paulin, vous feront découvrir les vies d’aventure de deux compères hauts en couleurs et en chansons, sur les sentiers de la Regordane, les routes de St Gilles du Gard ou d’Aigues-Mortes… le mauvais temps, les loups, les brigands, la duperie de certains marchands malhonnêtes, la rencontre de commerçants venus d’Orient et l’amour bien sûr, glané sur les chemins… Une farce musicale et théâtrale à découvrir absolument !

 

  • Richard cœur de Raclette – Cie Les Trimarrants
    Le Chevalier devenu roi, a la crise de la quarantaine ! Il veut repartir en quête d’une princesse à sauver, pour prouver qu’il reste encore charmant… Ses soldats ne manqueront pas de vous raconter tous ses périples : sa rencontre avec Boucle d’or, son voyage avec les rois mages, sa découverte de Jérusalem, son combat contre le roi des Huns (Hein ?) des Huns ! Il ne faudra pas moins d’un génie pour ouvrir les yeux du roi : la princesse tant recherchée est peut-être plus près qu’il ne l’imagine…

 

 

  • El Grande Teatro Toboso – Cie Théâtre 33
    Venez applaudir le grand Don Tallarin Del Molino, l’homme qui sait se perdre dans les livres ! El Grande Teatro Toboso lui fera revivre de nombreuses aventures… On le verra se battre contre un moulin ou encore rencontrer la magnifique Dulcinea. Ça vous dit quelque chose ? C’est normal, Cervantes, qui aura eu vent de cette histoire, la reprendra dans son Don Quichotte !

 

 

  • Princesse – Cie Les Trimarrants
    Une aventure rocambolesque, avec un chevalier, tout ce qu’il y a de plus banal, une princesse qui refuse de rester dans la tour pendant toute l’histoire, une reine marâtre qui corrompt le conteur, une fée en grève, une bohémienne, un roi, un bûcheron… Un scénario trépident, truculent et burlesque, où le chevalier essaie sans relâche de sauver sa princesse. Un spectacle qui se joue des clichés, et mêle l’univers du conte médiéval et le rythme débridé de la Commedia dell’Arte !

 

  • In flumen – Ecole de Théâtre de Tortosa
    Au fond et au bord de l’Èbre, habitent de merveilleux êtres vivants, des créatures, des plantes et des animaux fantastiques autour de la rivière… “Ononis” et ”Salix alba”, “Margalló” et “Canyissar”, “Juniperus” et “Frigola” … les comédiens catalans de l’école municipale de Tortosa proposent cette année un tout nouveau spectacle de rue itinérant dans lequel personnages et marionnettes, petites et géantes, représentent la flore et faune du fleuve Èbre.

 

  • Le revers de la médaille – Cie La Colà (création J-Louis Roqueplan/L’Alauda)
    Comédie à l’ombre du rocher Corneille où l’on rencontre Dona Sigaud, qui mène un trafic de fausses médailles et qui se trouve face à un couple de naïfs pèlerins en route pour Saint Jacques de Compostelle. Petit fabliau qui montre comment Vertu triomphe de Fausseté, en empruntant un étrange chemin…

 

  • Aunet va à Saint Jacques – Théâtre du Bofadon
    Le Sieur Aunet de Viedaz, grand coureur de jupons de son état, a été condamné par l’évêque du Puy Ste Marie à faire le pèlerinage de St Jacques en pénitence de ses écarts de conduite répétés… à moins qu’il ne préfère racheter ses péchés… Choix difficile s’il en est !

 

  • Patogasse: pécheur et pénitent – Les Compagnons de Miramande
    Mais quel gros péché a donc commis Maître Patogasse, corroyeur ponot, pour mériter la pénitence que lui inflige Dom Basile, son confesseur ? Secret de la confession oblige, nous ne le saurons point ! Mais par contre, les péripéties des préparatifs de ce long chemin de repentir ne manquent ni de tragique, ni de cocasseries… D’un rebondissement à l’autre, cette tranche de vie connaitra une fin inattendue qui annonce le romantisme de la littérature française… avec un peu d’avance !

 

  • « Gargantuesques Pantagruelleries »- Les tréteaux de Peynastre
    Retrouvez avec délice et moult éclats de rire l’univers des célèbres géants Grandgousier, Gargamelle, Gargantua, Pantagruel et tous leurs amis. Voici une farce au langage cru et au ton paillard – cela va s’en dire avec Rabelais – et qui fait la part belle à la liberté de parole, au refus des tabous, à la satyre des hypocrisies ! Mais n’est-ce pas là ce qui a toujours caractérisé l’œuvre du grand Rabelais, véritable initiateur de la Renaissance littéraire Française.

 

  • « Ainsi j’ouvrirai le coeur d’Alice » et « Mes deux seins malgré lui » – Les élèves et la troupe des Z’amuseurs du Lycée Athénée Royal de Péruwelz (Belgique)
    Quand des professeurs s’amusent à prendre quelques extraits de différentes farces du Moyen-âge et de la Renaissance – à savoir « Le savetier et le moine » et « Le galant qui a fait le coup  » – le tout agrémenté de quelques répliques tout aussi grivoises, cela donne une nouvelle farce haute en couleurs. Quant à leurs jeunes élèves, c’est au destin amoureux de la princesse Alice qu’ils rendent hommage…

 

  • Le royaume – Des mains pour le dire (troupe de théâtre de jeunes élèves sourds)
    Agé et fatigué, le Roi propose à son fils de diriger le Royaume… ce qui contrarie l’ambition du perfide Chancelier. Pour accéder au pouvoir, il emprisonne le prince dans une tour… Mais son plan sera déjoué grâce aux pouvoirs de l’enchanteur et aux amis du Prince.